Nous joindre

Tél : 450.773.8521 poste 0050

cripa@medvet.umontreal.ca

www.cripa.umontreal.ca

  • Facebook Long Shadow
  • Twitter Long Shadow

© 2016. CRIPA

Streptococcus suis (S. suis) est une espèce bactérienne causant d’importantes pertes économiques dans le cheptel porcin. L’espèce S. suis, en fait, regroupe plusieurs bactéries très similaires que l’on nomme des souches. Par comparaison, on peut dire que les frères et sœurs d’une famille portent le même nom et sont très proches génétiquement, mais avec de petites différences, comme des caractères différents, par exemple. Ainsi, ce ne sont pas toutes les souches de S. suis qui sont pathogènes. En effet, certaines ne causent aucune maladie aux animaux qui sont alors des porteurs sains. Une équipe du CRIPA a identifié et caractérisé trois bactériocines produites par ces « bonnes souches ». Les bactériocines sont des molécules de nature protéique qui exercent un effet similaire aux antibiotiques envers d’autres bactéries.

 

Actuellement l’augmentation de la résistance aux antibiotiques observée chez de nombreuses bactéries préoccupe énormément l’Organisation mondiale de la santé et le grand public. Ainsi, il est primordial de rechercher et développer de nouvelles molécules en vue de les remplacer. Voilà pourquoi l’avenue des bactériocines mérite d’être explorée! La découverte des Drs Daniel Grenier et Michel Frenette de l’Université Laval et Marcelo Gottschalk de l’Université de Montréal, est prometteuse puisque les trois bactériocines (nommées suicine 65, suicine 3908 et suicine 90-1330) provenant de souches non-virulentes perforent mortellement la paroi de S. suis de type pathogène, on les qualifiera donc de fratricide. Elles agissent également sur les parois des staphylocoques, une autre famille de bactéries, ce qui confirme leur effet bactéricide.

 

Mais avant de commercialiser ces suicines, il faudra d’abord évaluer l’efficacité de ces molécules lors d’infections expérimentales chez le porcelet. Toutefois, l’équipe de recherche a déjà démontré un autre effet intéressant des bactériocines. Il s’avère qu’elles peuvent aussi bonifier l’effet protecteur de certains antibiotiques normalement utilisés lors des traitements.

 

Source : Les bactériocines : de nouvelles armes pour le contrôle des infections à Streptococcus suis chez le porc. MAPAQ PSIA 811326. Daniel Grenier, Michel Frenette, Marcelo Gottschalk.

 

Pour en savoir plus :

1. Vaillancourt K, LeBel G, Frenette M, Fittipaldi N, Gottschalk M, Grenier D. 2015. Purification and characterization of suicin 65, a novel class I type B lantibiotic produced by Streptococcus suis. PLoS One 10(12): e145854.

2. Vaillancourt K, LeBel G, Frenette M, Gottschalk M, Grenier D. 2015. Suicin 3908, a new lantibiotic produced by a strain of Streptococcus suis serotype 2 isolated from a healthy carrier pig. PLoS One 10(2): e0117245.

3. LeBel G, Vaillancourt K, Frenette M, Gottschalk M, Grenier D. 2014. Suicin 90-1330 from a non-virulent strain of Streptococcus suis: a nisin-related lantibiotic active on Gram-positive swine pathogens. Appl Environ Microbiol 80: 5484-5492.

4. LeBel G, Piché F, Frenette M, Gottschalk M, Grenier D. 2013. Antimicrobial activity of nisin against the swine pathogen Streptococcus suis and synergistic interaction with antibiotics. Peptides 50: 19-23.

Please reload

À l'affiche

Premier cas canadien de pestivirus du porcelet

02/04/2019

1/8
Please reload

Posts récents
Please reload

Par tags