Un potentiel vaccin contre le virus du SRRP agrémenté de la toxine cholérique: réaction surprenante du système immunitaire porcin!

Le choléra emporte de nombreuses victimes lors d’épidémie, comme après le tremblement de terre en Haïti en 2010 et même, suite à l’ouragan Matthew en 2016. La bactérie Vibrio cholerea, qui est le principal agent meurtrier, est dotée notamment d’une toxine, la toxine cholérique. Si la nature a permis la création de nombreuses toxines, pourquoi ne pas alors s’en servir pour les utiliser à notre avantage?

 

L’idée a fait son chemin dans bien des laboratoires biomédicaux, mais les prouesses techniques à surmonter sont nombreuses avant même la possibilité d'une utilisation sécuritaire et courante en médecine. Le tour de force a été obtenu notamment avec la toxine botulique (elle aussi d’origine bactérienne) qui est non seulement utilisée pour traiter des affections médicales graves, mais qui fait aussi désormais partie de la trousse des soins esthétiques… sous forme de Botox.

 

Or, l’équipe du Dr Denis Archambault de l’UQAM en collaboration avec le Dr Martin Lessard d’Agriculture et Agroalimentaire Canada a décidé de relever tout un défi! Celui de développer un vaccin stoppant les ravages causés par le virus causant le syndrome reproducteur et respiratoire porcin (VSRRP). Rappelons qu’à lui seul, le VSRRP engendre des pertes annuelles de 150 millions de dollars dans le cheptel porcin.

 

Dr Archambault n’en est pas à son premier essai du côté vaccinal. Il a d’ores et déjà construit des molécules chimères, nommée M-GP5, capables d’induire une protection immunitaire partielle contre le virus SRRP chez des porcs. Toutefois, ce chercheur tenait à obtenir une protection totale contre ce virus. C’est pourquoi, avec son collègue, le Dr Lessard, du Centre de recherche et de développement de Sherbrooke, il a sélectionné la toxine cholérique (CTB) comme candidat optimal, dont la mission était de surexciter le système immunitaire muqueux et sanguin, afin que celui-ci soit prêt à repérer et lutter contre un futur envahisseur VSRRP. Une fois les technicités surmontées, nos chercheurs ont produit la molécule fusionnée Chimère-Toxine appelée M-GP5-CTB. Le challenge infectieux chez les porcs pouvait alors débuter. Et c’est là qu’une nouvelle épreuve est apparue : la toxine CTB surexcite bel et bien le système immunitaire du porc, mais la chimère M-GP5 passe cette fois inaperçue.

 

Il reste encore à ces scientifiques, membres du Centre de recherche en infectiologie porcine et avicole (CRIPA), à trouver la bonne architecture moléculaire pour stimuler l'immunité contre VSRRP. À suivre ...

 

Toute l'histoire à lire dans l'article: The Cholera Toxin B Subunit (CTB) Fused to the Porcine Arterivirus Matrix M and GP5 Envelope Proteins Fails to Enhance the GP5-Specific Antibody Response in Pigs Immunized with Adenovectors. Auteurs Roques E, Lessard M, Archambault D.

 

Source : Mol Biotechnol. 2015 Aug;57(8):701-8. https://link.springer.com/article/10.1007/s12033-015-9861-6/fulltext.html.

Please reload

À l'affiche

Premier cas canadien de pestivirus du porcelet

02/04/2019

1/8
Please reload

Posts récents
Please reload

Par tags
Please reload

Nous suivre
  • Facebook Long Shadow
  • Twitter Long Shadow

Nous joindre

Tél : 450.773.8521 poste 0050

cripa@medvet.umontreal.ca

www.cripa.umontreal.ca

  • Facebook Long Shadow
  • Twitter Long Shadow

© 2016. CRIPA